Idées reçues autour de la question du suicide 


Un certain nombre de mythes circulent à propos du suicide. Ces informations souvent inexactes prennent racine dans notre propre inconfort face au suicide, inconfort causé par la peur et finalement le manque de connaissances.
Il faut les combattre pour mieux prévenir le suicide. Voici quelques informations sur le suicide présentées sous forme de Vrai-Faux...

Vrai-Faux

La personne suicidaire paraît nécessairement déprimée
Faux. Les symptômes varient en fonction de la personnalité de chacun. Sous une apparence de "clown de service" ou de "dur à cuire" peut se dissimuler une grande souffrance.

 

Ceux qui en parlent ne le font pas
Faux. Huit personnes sur dix donnent des indices de leurs intentions, si minimes soient-ils. Le message verbal est un élément très important de reconnaissance des signes précurseurs.

 

Les personnes suicidaires ont une faible personnalité

Faux. Il n'existent pas de personnalité suicidaire type. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, il s'agit souvent de personnes possédant beaucoup d'énergie. Souvent, elles ont traversé d'énormes difficultés (perte, rejet, violence etc...).

 

Penser au suicide peut arriver à tout le monde

Vrai. Chacun de nous est confronté, à un moment ou à un autre de son existence, à une perte majeure (décès d'un proche par exemple), et à de nouvelles situations qui demandent beaucoup d'adaptation. L'idée du suicide peut alors traverser l'esprit d'une personne.

 

Suicidaire un jour, suicidaire toujours.... Une personne suicidaire sera toujours vulnérable.

Faux. La tendance au suicide est réversible. La plupart des gens ont des pensées suicidaires à un certain moment durant leur vie. Le besoin accablant de mettre fin à leur souffrance peut s'apaiser. Apprendre et mettre en pratique des techniques d'adaptation pour faire face aux situations stressantes peuvent s'avérer bénéfiques.

 

Les personnes qui menacent de se suicider veulent attirer l'attention ou manipuler les autres

Ni vrai, ni faux. Il s'agit davantage d'un appel à l'aide. Il faut toujours prendre au sérieux les menaces suicidaires d'une personne. Si la personne ne trouve que ce moyen pour exprimer sa souffrance c'est qu'elle a besoin réellement d'aide. De plus, 1 jeune suicidant sur 3 récidive dans l'année de sa première tentative et il utilisera toujours des moyens de plus en plus violents.

 

Parler du suicide à une personne en souffrance lui donnera l’idée de passer à l’acte

Faux. Au contraire, la pensée suicidaire enferme la personne dans la solitude et la non-communication. Elle lui donne aussi l'impression que personne ne peut la comprendre. Reconnaître sa souffrance et l'écouter avec bienveillance, sans la juger, ne peut que l'aider. En matière de suicide, c'est plutôt le silence qui tue. Le suicide est un acte lâche ou courageux C'est hors propos ! Dans le passage à l’acte, il n’est question que de souffrance pour la personne suicidaire et non de valeurs morales.